Quel trafic obtenir, avec la sémantique SEO, sur une thématique concurrentielle ?

/
Quel trafic obtenir, avec la sémantique SEO, sur une thématique concurrentielle ? 2

5000 visiteurs /mois ? 50.000 ? 500.000 ? Davantage ? Quid de la conversion ? Il s’agit d’un sujet sensible tant la véritable sémantique est malmenée et incomprise de nos jours… Du moins, dès lors que nous parlons de sites web.

J’entends souvent : “j’ai fait plein de textes sur mon site et il ne s’est pratiquement rien passé”, parfois aussi, les “cocons sémantiques, je n’y arrive pas, les miens ne donnent rien”.

Dès lors, pourquoi ne pas être tenté de monter un PBN, voire d’acheter des domaines expirés, ou des liens ?C’est sans fin…… Pas forcément !En pratique, la sémantique, à elle seule, peut rendre visible un site (même utilisée sans action volontaire et conjointe de Netlinking.)Et pourtant, promis, je ne travaille pas chez Google !Les liens sont, de fait, la solution la plus courante et la plus répandue. Nous en faisons jusqu’à temps d’être là où nous souhaitons (ou bien d’être démoli par Google avant d’y être parvenu).En comparaison, il est vrai que la sémantique nécessite davantage de recul, de réflexion stratégique, car tout va se passer sur notre site et qu’il ne faut pas écrire ou faire n’importe quoi chez soi. A priori, c’est sans risque et durable.Parfois, il arrive qu’un client ait un site, vierge de tout antécédent pénalisant, avec pour ainsi dire aucun lien. Nous parlons ici de site sur des thématiques où les “spammeurs” sont les rois. D’autres fois, c’est la concurrence qui est composée de sites d’autorité.Souvent, nous avons les deux à la fois. Alors, comment faire ?Je vais vous présenter un plan d’action que j’utilise presque systématiquement pour rivaliser avec tout ce beau monde.J’en ai quelques autres qui montent plus vite et/ou plus haut, mais toutes les thématiques ne les supportent pas (et il est délicat d’en parler publiquement).Dans tous les cas, ce que je vous propose est applicable par vous si vous suivez à la lettre chacune des étapes.Nous reviendrons plus bas sur chacune de celles-ci.

Un premier tour rapide dans les grandes lignes :
  • Première étape : le site doit être techniquement parfait, pas presque parfait, mais parfait…
  • Deuxième étape : chaque page du site doit avoir un contenu ciblé pour l’internaute de la page en question et contenir quelques ingrédients calculés mathématiquement pour que Google le comprenne
  • Troisième étape : réaliser un maillage interne, mais là, il faut qu’il soit aussi calculé, pas réalisé au doigt mouillé
  • Quatrième étape : si le site a une taille suffisante, faire un cocon sémantique idéalement façon metamot (ces cocons ne ressemblent plus vraiment à des cocons; nous utilisons ce terme par commodité, car nous sommes partis de ceux-ci pour aller vers quelque chose qui y ressemble, mais en bien plus performant, de l’ordre d’un facteur 20 ce qui est assez sympathique. Ne pas oublier qu’un cocon doit, de toute façon, toujours posséder un index, une table des matières et qu’un cocon peut ne pas bien fonctionner s’il est plus volumineux que le site ou sous-dimensionné par rapport à la requête visée.

 

Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]

(...)


Laisser un commentaire